Les plantes à fleurs ont évolué en même temps que les insectes qui assurent leur pollinisation. Les orchidées sont de très belles illustrations de cette histoire conjointe. De nombreuses espèces (pas toutes cependant) produisent du nectar dans un éperon, petite excroissance à l'arrière de la fleur. Les papillons, comme ce Gazé (Aporia crataegi), disposent de pièces buccales modifiées en trompe qui leur permettent d'aspirer le liquide riche en sucre qui fournit le carburant nécessaire à leur vol gourmand en énergie. Sur cette série de photographies, on peut toutefois être certain que le papillon repartira chargé de l'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis) sur lequel il s'est arrêté. La trompe enroulée du Gazé porte en effet deux pollinies bien collées. Ce sont des petits sacs de pollen typiques des Orchidacées. Lorsque le papillon se posera sur une autre inflorescence, ces pollinies pourront entrer en contact avec les surfaces stigmatiques d'une fleur et ainsi permettre la fécondation.

Aporia_crataegi_250515_2_GF

Gazé (Aporia crataegi) sur une inflorescence d'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis) dans une garrigue à thym de la Drôme provençale (Hauteurs de Rémuzat, 26, mai 2015, EOS 50 D + 100 mm macro et bagues d'allonge)

Aporia_crataegi_250515_3_GF

Gazé (Aporia crataegi) sur une inflorescence d'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis) dans une garrigue à thym de la Drôme provençale (Hauteurs de Rémuzat, 26, mai 2015, EOS 50 D + 100 mm macro et bagues d'allonge)

Aporia_crataegi_250515_GF

Gazé (Aporia crataegi) sur une inflorescence d'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis) dans une garrigue à thym de la Drôme provençale. Les pollinies de l'orchidées sont visibles, collées à la trompe du papillon (Hauteurs de Rémuzat, 26, mai 2015, EOS 50 D + 100 mm macro et bagues d'allonge)