J'ai déjà publié plusieurs photographies de la Proserpine (Zerynthia rumina) sur ce blog. Cette espèce magnifique est emblématique des garrigues et vole au début du printemps en même temps que son espèce soeur, la Diane (Zerynthia polyxena) dont voici quelques clichés. Les deux espèces ne diffèrent que par quelques détails, notamment l'absence de taches rouges sur les ailes antérieures de la Diane ainsi qu'une tache noire striée de jaune à la base de l'aile postérieure alors qu'elle est noire chez la Proserpine. Les similitudes apparentes entre ces deux espèces ainsi que la parenté de leurs plantes-hôtes, les Aristoloches (chacun de ces deux papillons pondant en général sur des espèces différentes d'Aristoloches), témoignent du passage de la denrière glaciation. Il est vraisemblable qu'au cours de cet épisode froid, l'ancêtre de ces deux espèces s'est replié vers le sud dans un refuge ibérique et un refuge italien et balkanique. Les populations isolées de ces deux refuges glaciaires se sont différenciées pour donner les deux espèces actuelles qui ont reconquis le sud de la France lors du réchauffement qui a suivi la glaciation. Les chenilles des deux espèces accumulent les composés toxiques des Aristoloches, les acides aristolochiques, qui les rendent elles-aussi toxiques pour leur prédateurs.

Zerynthia_polyxena_080417_2_GF

Diane (Zerynthia polyxena) en train de surveiller son territoire. La Diane est une espèce protégée en France. (Var, avril 2017, EOS 50D + 100 mm macro).

Zerynthia_polyxena_080417_GF

Diane (Zerynthia polyxena) en train de surveiller son territoire. La Diane est une espèce protégée en France.(Var, avril 2017, EOS 50D + 100 mm macro).