10 octobre 2016

Seulement la couleur !

Les Caloptéryx sont étymologiquement les Odonates aux belles (Kalos en grec) ailes (Pteryx en grec). Il est vrai que les fumures plus ou moins larges que portent leur ailes donnent un certain cachet à ces zygoptères. Cette beauté est accentuée par l'iridescence du reste du corps de l'animal qui apparaît par conséquent d'une couleur légèrement différente selon la direction depuis laquelle on le regarde. En effet, l'angle de réfraction de la lumière dépend de la longueur d'onde de celle-ci, d'où des couleurs différentes selon l'angle... [Lire la suite]

20 août 2015

Un peu de noir dans un monde rouge

Côté libellules, la fin de l'été est sans conteste la saison du genre Sympetrum. Vous croiserez sans aucun doute ces petits libellulidés aux abords des plans d'eau ou des rivières à courant lent, ainsi que dans les milieux ouverts dans lesquels ils chassent. Chez les Sympétrums, cette chasse se pratique à l'affût, depuis un perchoir qui permet à ces petits prédateurs d'insectes de surveiller tout ce qui vole et de fondre dessus dès que c'est possible. Les Sympétrum mâles sont presque tous de couleur rouge au niveau de l'abdomen.... [Lire la suite]
20 juillet 2015

Le joyau des tourbières

Les tourbières sont des écosystèmes d'un autre monde, d'un autre âge. Ces eaux stagnantes dans lesquelles la décomposition des végétaux se fait très mal du fait de la température, du manque d'oxygène et très souvent de la forte acidité, abritent quelques espèces animales typiques. Elles présentent le plus souvent une distribution boréo-alpine comme leur milieu de vie. Les tourbières couvrent en effet de très vastes surfaces aux hautes latitudes (dans la toundra) et se forment à nos latitudes, à la suite du comblement de lacs de... [Lire la suite]
23 juillet 2014

Le capitaine crochet

L'été correspond à la saison idéale pour observer les Odonates (demoiselles et libellules) car la plupart des espèces émergent de leurs larves aquatiques à cette saison. Des accouplements ont lieu au cours desquels le mâle utilise ses cercoïdes, de petites pinces situées à l'extrémité de son abdomen, pour saisir la femelle entre la tête et le thorax l'amenant à plaquer ses pièces copulatrices contre les siennes. Certaines espèces sont dotées de véritables pinces, comme l'Onychogomphe à pinces (Onychogomphus forcipatus). Vous le... [Lire la suite]
27 avril 2014

1000 regards sortis de l'hiver

Voici les premières demoiselles de 2014 ! J'ai un doute sur l'identification aussi suis-je preneur d'une correction de la part des spécialistes ;-), mais je pense qu'il s'agit d'Agrions portecoupe (Enallagma cyathigerum) femelles. Chaque oeil de libellule est composé de quelques centaines d'ommatidies, ces organes visuels élémentaires formant chacun une minuscule facette de ces gros yeux composés qui fixent l'objectif. Chacun de ces yeux est un regard sur une toute petite partie du monde, et ces centaines de petits pixels mis côte à... [Lire la suite]
23 novembre 2013

Qu'ils sont lourds ces mecs !

Un nouveau clin d'oeil aux amoureux(ses) des libellules avec cette Ischnure élégante (Ischnura elegans) photogrpahiée au printemps dernier. L'agrion élégant est sans doute la demoiselle la plus abondante en France. On l'identifie facilement grâce à son ptérostigma (la cellule colorée présente sur chaque aile) bicolore et son abdomen noir terminé par un bel anneau bleu (au moins chez les mâles). Les scientifiques se servent de cet insecte comme un modèle d'étude de la sélection du partenaire sexuel et des conflits entre sexes à... [Lire la suite]

18 novembre 2013

Les demoiselles au corps enflammés

Sans doute l'une de mes préférées, tant pour son nom que pour sa couleur rouge sang, ou pour le dessin en forme de point d'exclamation qui pimente le dos de son thorax, voici la Petite Nymphe à corps de feu (Pyrrhosoma nymphula). Cette demoiselle, l'une des plus communes, peut être observée partout autour des milieux aquatiques stagnants à faiblement courants. En vous frayant un chemin dans les herbes hautes d'un bord d'étang, vous serez frappés par les densités atteintes par cette espèce. Ces émergences synchrones permettent certes... [Lire la suite]
11 novembre 2013

La biodiversité, les gènes et l'histoire...de la libellule

Avant-hier, je suis allé faire un tour dans ma zone naturelle préférée, mon "patch" comme disent les anglais. Le beau temps était prometteur mais les jours de pluie précédents avaient fait leur travail de nettoyage, tout juste quelques Sympetrum usés par la fatigue s'envolaient ça et là, rien à se mettre sous l'objectif. Je ressors donc quelques photographies anciennes d'une libellule (une vraie car appartenant au genre Libellula !) dont la rencontre est toujours un bel instant nature : la Libellule à quatre taches (Libellula... [Lire la suite]
26 septembre 2013

On joue les prolongations...

Ce mois de septembre très ensoleillé (a contrario du dernier printemps !) permet à de nombreux insectes de faire un petit pied de nez à l'automne avant de disparaître et ne laisser derrière eux que leurs larves ou bien de rentrer en vie ralentie. On peut en effet encore observer de nombreuses libellules s'activant à chasser sous les rayons chaleureux du soleil. Les plus abondantes sont certainement les sympetrums (Sympetrum sp.) dont on reconnaît facilement la majorité des mâles à la couleur rouge sang de leur abdomen. Ce sont... [Lire la suite]
19 septembre 2013

Le jeu des différences

La détermination d'une espèce est bien souvent l'affaire de détails et l'on a parfois du mal à s'imaginer que d'aussi petites différences entre des individus classés dans des espèces distinctes soient bien diagnostiques d'une véritable séparation biologique. Car le problème se trouve bien là : si l'on définit l'espèce comme un groupe d'individus isolés reproductivement d'autres groupes, on ne peut pas tester cela pour tous les êtres vivants ! Il faut donc se résoudre à utiliser des différences de morphologie, de couleur, de... [Lire la suite]