10 octobre 2016

Seulement la couleur !

Les Caloptéryx sont étymologiquement les Odonates aux belles (Kalos en grec) ailes (Pteryx en grec). Il est vrai que les fumures plus ou moins larges que portent leur ailes donnent un certain cachet à ces zygoptères. Cette beauté est accentuée par l'iridescence du reste du corps de l'animal qui apparaît par conséquent d'une couleur légèrement différente selon la direction depuis laquelle on le regarde. En effet, l'angle de réfraction de la lumière dépend de la longueur d'onde de celle-ci, d'où des couleurs différentes selon l'angle... [Lire la suite]

23 juillet 2014

Le capitaine crochet

L'été correspond à la saison idéale pour observer les Odonates (demoiselles et libellules) car la plupart des espèces émergent de leurs larves aquatiques à cette saison. Des accouplements ont lieu au cours desquels le mâle utilise ses cercoïdes, de petites pinces situées à l'extrémité de son abdomen, pour saisir la femelle entre la tête et le thorax l'amenant à plaquer ses pièces copulatrices contre les siennes. Certaines espèces sont dotées de véritables pinces, comme l'Onychogomphe à pinces (Onychogomphus forcipatus). Vous le... [Lire la suite]
27 avril 2014

1000 regards sortis de l'hiver

Voici les premières demoiselles de 2014 ! J'ai un doute sur l'identification aussi suis-je preneur d'une correction de la part des spécialistes ;-), mais je pense qu'il s'agit d'Agrions portecoupe (Enallagma cyathigerum) femelles. Chaque oeil de libellule est composé de quelques centaines d'ommatidies, ces organes visuels élémentaires formant chacun une minuscule facette de ces gros yeux composés qui fixent l'objectif. Chacun de ces yeux est un regard sur une toute petite partie du monde, et ces centaines de petits pixels mis côte à... [Lire la suite]
23 novembre 2013

Qu'ils sont lourds ces mecs !

Un nouveau clin d'oeil aux amoureux(ses) des libellules avec cette Ischnure élégante (Ischnura elegans) photogrpahiée au printemps dernier. L'agrion élégant est sans doute la demoiselle la plus abondante en France. On l'identifie facilement grâce à son ptérostigma (la cellule colorée présente sur chaque aile) bicolore et son abdomen noir terminé par un bel anneau bleu (au moins chez les mâles). Les scientifiques se servent de cet insecte comme un modèle d'étude de la sélection du partenaire sexuel et des conflits entre sexes à... [Lire la suite]
18 novembre 2013

Les demoiselles au corps enflammés

Sans doute l'une de mes préférées, tant pour son nom que pour sa couleur rouge sang, ou pour le dessin en forme de point d'exclamation qui pimente le dos de son thorax, voici la Petite Nymphe à corps de feu (Pyrrhosoma nymphula). Cette demoiselle, l'une des plus communes, peut être observée partout autour des milieux aquatiques stagnants à faiblement courants. En vous frayant un chemin dans les herbes hautes d'un bord d'étang, vous serez frappés par les densités atteintes par cette espèce. Ces émergences synchrones permettent certes... [Lire la suite]
06 septembre 2013

La tigresse des roselières

Pour une (trop rare) fois, les taxonomistes n'ont pas fait preuve de machisme ! Les noms vernaculaires et scientifiques des animaux sont en effet souvent donnés en référence aux caractéristiques des mâles. Il y a une raison biologique à cette injustice : du fait de la sélection sexuelle, les mâles de nombreuses espèces présentent des couleurs vives, des attributs parfois exagérés (pensez aux bois des cerfs ou de l'élan par exemple) alors que les femelles arborent des livrées plus ternes et camouflantes. Ce n'est pas toujours le cas :... [Lire la suite]

12 juillet 2013

Portraits d'endormies...

Souvent frustrantes de par leurs envols juste avant le déclenchement, elles se retrouvent complètement à la disposition du photographe de bonne heure le matin, ne pouvant au plus que se tourner légèrement sur le brin d'herbe ou l'épi sur lequel elles se sont posées la veille. Ces demoiselles doivent attendre les rayons chauds du soleil pour entamer le programme chargé de la journée, chasse et accouplements sont les objectifs principaux. Alors, dès qu'elles le pourront, elles se débarrasseront des gouttes de rosée qui perlent à la... [Lire la suite]
23 juin 2013

La petite terreur des herbes folles

Une petite sortie matinale par un temps ensoleillé m'a permis de photographier de près ces quelques Agrions portecoupe (Enallagma cyathigerum). Chez cette espèce très commune aux abords de milieux humides peu courants ou stagnants, mâles et femelles arborent une livrée bleue et noire facile à repérer dans les hautes herbes. Ces petits prédateurs virevoltent lentement dans la végétation et se perchent très fréquemment. Sur les photos, remarquez entre les deux yeux composés principaux, la présence de trois structures hémisphériques noir... [Lire la suite]
11 janvier 2013

Un vulgaire petit déjeûner !

Lors de cette belle matinée ensoleillée (cela fait rêver en ce moment !) du printemps dernier, je me suis décidé à chasser (photographiquement bien évidemment) les libellules de la zone humide de Miribel-Jonage non loin de Lyon. Les pelouses y alternent avec les roselières autour des différents lacs et la faune y est diversifiée et très intéressante. Je ne fus pas déçu par cette séance dans la mesure où j'ai pu assister en direct à une scène de prédation d'un Gomphe vulgaire (Gomphus vulgatissimus) sur...une autre libellule, un Leste... [Lire la suite]
06 janvier 2013

L'amour avec un grand A !

Un accouplement en forme de coeur, n'est-ce pas là le summum du romantisme ? Les gymnastes du soir  y reconnaîtront peut-être une position de leur petit guide préféré, je laisse leur imagination travailler ! Un peu de biologie maintenant : l'"instant nature" capturé ici n'est peut-être pas aussi tendre qu'il n'y paraît. Mr Agrion portecoupe (Enallagma cyathigerum) ayant tout simplement utilisé ses crochets (ou cercoïdes) pour capturer madame entre sa tête et son thorax. Madame replie son abdomen et vient plaquer ses pièces... [Lire la suite]