25 avril 2014

En attendant les vraies...

Les pelouses sèches, parce qu'elles laissent toute sa place à la roche mère, offrent un décor somptueux pour les naturalistes guettant le lézard des murailles, la vipère aspic, pour les passionnés d'Orchidées ou encore ceux qui comme moi, ont un faible pour les oiseaux des parois rocheuses. On y trouve également quelques joyaux à six pattes dont voici un exemple typique : l'Ascalaphe soufré (Libelloides coccajus). Son nom latin rappelle qu'il ne faut pas le confonfre avec une libellule dont on aurait raccourci l'abdomen et rallongé... [Lire la suite]